Historien et musicien, Eric Fillion est le fondateur de Tenzier, un organisme voué à la mise en valeur d’archives sonores des avant-gardes québécoises. Il s’intéresse entre autres à la portée sociale et symbolique de la musique au sein des contre-cultures, mais aussi dans les relations internationales du Canada. Il est l’auteur de JAZZ LIBRE et la révolution québécoise.

Publications récentes:

JAZZ LIBRE et la révolution québécoise. Musique-action, 1967-1975. Saint-Joseph-du-Lac (Québec): M Éditeur, 2019.

— « The New Quebec Man: Activism and Collective Improvisation at Petit Québec libre, 1970-73. » Dans Making Men, Making History: Canadian Masculinities Across Time and Place, sous la direction de Peter Gossage et Robert Rutherdale, 236-254. Vancouver: UBC Press, 2018.

— « Parti pris pour le jazz ou l’écoute engagée chez la gauche québécoise. » Dans Avec ou sans Parti pris: le legs d’une revue, sous la direction de Gilles Dupuis, Karim Larose, Frédéric Rondeau et Robert Schwartzwald, 425-448. Montréal: Éditions Nota bene, 2018.

— « Jazz libre: musique-action ou la recherche d’une praxis révolutionnaire au Québec (1967-1975). » Labour / Le Travail 77 (printemps 2016): 93-120.

— « Jazz libre et free jazz. » Dans La contre-culture au Québec, sous la direction de Karim Larose et Frédéric Rondeau, 25-54. Montréal: Presses de l’Université de Montréal, 2016.

— « Le rock québécois débarque en France. À soir on fait peur au monde, Tabarnac, ou: le retour par le rockumentaire. » Nouvelles Vues 16 (printemps-été 2015).